SNCF : les syndicats se déchirent sur la poursuite de la grève

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Alors que tout semblait prédire l’unité pour poursuivre la grève des cheminots débutée en avril dernier, les violons semblent ne plus s’accorder entre les syndicats. Depuis que le gouvernement a annoncé qu’il irait au bout de sa réforme, les grévistes ont fait par de leur décision de continuer la mobilisation durant l’été. 

La grève dans les valises

La grève à la SNCF, entamée le 1er avril dernier, devrait se poursuivre « sur juillet et août, avec un calendrier qui n’aura pas la même forme, qui sera plus allégé que ces trois derniers mois, mais qui permettra de maintenir la mobilisation », a annoncé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

Alors que les millions de voyageurs attendus dans les gares cet été s’en inquiètent, Laurent Brun se veut rassurant. « La question des jours de grève ne sera pas forcément ciblée sur des départs en vacances« , a-t-il poursuivi lors de son entretien avec la radio Europe 1.

Mais ne serait-ce qu’une illusion ? En effet, plusieurs syndicats ont appelé à deux jours de mobilisation, les 11 et 12 juillet prochains. Ces deux journées sembleraient correspondre avec le plus gros des départs en vacances. La CGT, elle, a proposé trois jours d’arrêt de travail les 2, 6 et 7 juillet prochains.

Des syndicats font machine arrière ?

La CGT, qui a dores et déjà proposé trois jours d’arrêts de travail en juillet, semble vouloir continuer la grève. Mais la CFDT et l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) ne semblent pas être du même avis.

« Comme nous avons réussi à le faire avec la convention collective et une négociation la semaine dernière, nous espérons bien conclure avec la SNCF cette semaine. Pour nous il est prématuré de tirer des plans sur la comète sur juillet », a expliqué Didier Aubert, patron de la CFDT cheminots. Continuer ou pas, la décision lui semble encore prématurée.

Les grévistes CFDT ont décidé de se laisser jusqu’au 28 juin pour décider. Mais, au sein du syndicat, personne n’a l’air très partant pour aller au-delà de cette date. « Faire grève contre quoi ? » demande un syndicaliste. « La loi est votée ! On a surtout du mal à reconnaître qu’on a perdu cette bataille !« .

Le doute plane donc encore sur de possibles perturbations cet été.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here