Jeux vidéo : l’OMS déclare l’addiction comme maladie mentale

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Une heure, deux heures, trois heures… A partir de combien de temps passé devant les jeux vidéo peut-il être considéré comme une addiction ? L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a franchi un cap important. Passer des heures devant les écrans jusqu’à en oublier de manger : l’addiction aux jeux vidéo a été reconnue comme une maladie mentale. 

Une maladie à part entière

« Après avoir consulté des experts dans le monde entier, et avoir examiné la littérature de manière exhaustive, nous avons décidé que ce trouble [jeux vidéos] devait être ajouté », a déclaré Shekhar Saxena, directeur du département de la Santé mentale et des toxicomanies de l’OMS. Depuis janvier, l’organisation travaillait sur l’intégration de ce trouble dans la 11e version de la Classification internationale des maladies.

« Un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ». Voilà comment l’OMS définit ce trouble.

Mais comment faire pour le diagnostiquer ? Un enfant (ou adulte) est-il vraiment dépendant des jeux vidéo ou est-ce simplement une passion (très) envahissante ? Pour établir correctement le diagnostique, il faut que le comportement de la personne impactée ait des conséquences sur les « activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles et en principe, se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois ».

Les jeux vidéo, à l’origine de terribles drames

C’est principalement aux Etats-Unis que la question pose problème. En effet, le pays dénombre le plus de fusillades au monde, notamment en milieu scolaire. Depuis le début de l’année, 29 personnes ont été tuées dans 16 attaques survenues dans des écoles. Face à ce fléau, l’industrie du jeu vidéo est au cœur du débat. Comment convaincre la population mais surtout les politiques que les jeux violents entraînent des comportements similaires dans le monde réel ?

A la suite des dernières fusillades, le président Donald Trump avait déclaré : « nous devons regarder du côté d’internet parce qu’il arrive beaucoup de mauvaises choses aux jeunes enfants et aux jeunes cerveaux ».

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here