Ramy Fischler signe une nouvelle gamme de purificateurs d’air design

Fondateur de l’agence RF Studio basée à Paris et élu Designer de l’année en 2018, Ramy Fischler revient aujourd’hui sur le devant de la scène à l’issue d’une collaboration avec JVD pour une nouvelle gamme de purificateur d’air design, « Air Origins ».

 Cette collaboration avec l’entreprise JVD fabricante de produits et solutions d’hygiène collectives s’inscrit parfaitement dans la ligne de conduite de l’agence de design de Ramy Fischler. Cette dernière est en effet intervenue dans la conception d’un purificateur d’air design destiné à s’intégrer parfaitement dans un mobilier tout en fournissant des performances optimales pour renouveler l’air d’un intérieur. L’agence RF Studio a pour marque de fabrique d’aborder chacun de ses projets avec un regard neuf, une volonté de développer de nouveaux usages pour des objets du quotidien et avant tout d’innover constamment face aux enjeux écologiques pour le futur de notre planète.

Selon Ramy Fischler, notre présent doit plus que jamais voir s’associer la science, la technologie ainsi que le design pour donner forme à une vie future qui sera meilleure. Plus saine pour l’homme mais aussi respectueuse de l’environnement. De plus, l’agence RF Studio considère dorénavant les problématiques sanitaires actuelles comme une priorité à solutionner pour avancer vers un futur meilleur. En ce sens, cette offre de purificateur d’air design permet, au-delà de ses caractéristiques écologiques, des performances optimales dans la lutte contre la propagation des différents virus dont la Covid-19.

Des fonctionnalités en parfaite adéquation avec la philosophie de l’agence RF Studio

Ramy Fischler s’est notamment intéressé à ce produit pour sa technologie totalement inédite baptisée la « Smart Mineralisation ». L’innovation apportée par cette nouvelle technologie est qu’elle permet au purificateur d’air de n’utiliser aucun consommable pour fonctionner et ne nécessite aucun changement de filtre. Clou du spectacle, la composition du produit est entièrement recyclable. Pour toutes ces fonctionnalités rendant le produit durable et respectueux de l’environnement, l’agence RF Studio était le candidat parfait pour fournir un travail en parfaite adéquation avec les enjeux de ce nouveau purificateur d’air design : le Shield.

Grande distribution : l’irrésistible montée en gamme des MDD

 

Depuis quelques années, les produits de marque de distributeur (MDD) prennent une part grandissante dans les rayons des grandes surfaces. Une progression qui est autant qualitative que quantitative : le succès des MDD s’explique par la montée en gamme opérée par les distributeurs, qui font désormais de leur marque propre une valeur ajoutée fortement différenciante et un puissant levier pour fidéliser leur clientèle. Une révolution, récemment décryptée dans une tribune par Christophe Vanackere, CEO de Trace One, le spécialiste mondial des solutions e-collaboratives de gestion de produits de grande consommation (PGC).

Depuis près de dix ans, la MDD enregistre une croissance annuelle de 2 à 3% en France. Elle devrait progresser davantage cette année et atteindre 6 à 8% sous l’impulsion de la crise sanitaire. Pratiquement personne n’avait prévu cette tendance dans la grande distribution, il y a quelques années. En effet, les produits de marque de distributeur n’étaient que des expédients pour les enseignes. Aujourd’hui, ils font figure de référence dans les grandes surfaces, devenant même des produits premium.

Cette révolution est largement due au changement des habitudes de consommation. Les Français ne regardant plus uniquement le prix pour acheter un produit. Ils souhaitent mieux manger et prendre soin de l’environnement en même temps. Or, ces préoccupations sont au cœur du développement de la MDD, ce qui explique l’essor de celle-ci. De fait, la MDD a parié sur le local et le bien-être à travers une large gamme de produits adaptés à tous les publics et à tous les budgets. Carrefour notamment a développé sa gamme Carrefour Bio et Monoprix (du groupe Casino) a lancé Monoprix bio sur des produits du quotidien.

 

La MDD passée de fossoyeur des petits producteurs, à leur principal soutien

Evidemment, le choix du local implique de se rapprocher des petits producteurs locaux par la signature de partenariats. Certains distributeurs font même le pari du 100% origine France comme Monoprix. « La MDD a contribué à changer radicalement l’image de la distribution, passée en moins de dix ans de fossoyeurs des petits producteurs, à leur principal soutien. Les produits qui arrivent aujourd’hui dans les étals de la grande distribution française sont frais, sains et locaux. La grande distribution peut garantir l’origine de tous les contenus de la MDD et a clairement intégré un cercle vertueux pour la planète », souligne Christophe Vanackere, CEO de Trace One, dans une tribune publiée sur le site spécialisé Economie Matin.

 

Une Marketplace pour réunir fournisseurs et acteurs de la grande distribution

Trace One, une société spécialisée dans les solutions e-collaboratives de gestion de PGC propose d’aider les distributeurs à prendre le tournant de la MDD. Comment ? En les accompagnant dans leurs besoins, depuis la conception jusqu’à la mise en rayon. Pour cela, Trace One a conçu une suite d’applications permettant aux enseignes de suivre leur cahier des charges et d’assurer la sécurité ainsi que la qualité de leurs produits.

Cette Marketplace permet d’identifier les fournisseurs fiables et gère les appels d’offres de manière efficace à partir d’un espace unique. Aussi, Trace One est une puissante arme pour la commercialisation de produits innovants qui vont répondre aux attentes des consommateurs. Un avantage certain alors que la concurrence se fait de plus en plus féroce dans le secteur de la distribution. Trace One met actuellement en contact plus de 5000 industriels avec les grandes enseignes partout dans le monde.

 

Grupo Éxito (groupe Casino) : la réalité augmentée déployée dans les magasins

En Colombie, Grupo Éxito poursuit la digitalisation de ses magasins avec le
déploiement de la 3D et de la réalité augmentée. Cette innovation, déjà
disponible dans 15 points de vente, permet aux clients de visualiser leurs
futurs achats déco, en trois dimensions, grâce à un QR code. Ils pourront ainsi
mieux appréhender les différentes caractéristiques des produits.

Premier distributeur de Colombie, Grupo Éxito veut continuer d’exploiter le digital en
offrant aux clients la possibilité de mieux connaître les produits avant achat. Il
procède notamment par la création de site internet, d’applications dédiées, de
catalogues et par l’installation de télécabines virtuelles. Également pionnier de la
recherche et de l’innovation au service des consommateurs, la filiale colombienne du
groupe Casino a lancé Carulla SmartMarket, le premier laboratoire d’innovation dédié
à la grande distribution. Inauguré le 4 décembre 2019 à Bogotá (Colombie), ce
magasin est un savant mélange du commerce physique et digital. Il comprend une
vingtaine d’innovations, dont la reconnaissance faciale, le paiement automatique, les
étiquettes intelligentes et la réalité augmentée.

Un partenariat avec la startup Mudi

Justement, Grupo Éxito vient de déployer une nouvelle solution de 3D et de réalité
augmentée pour sa marque de décoration Hogar Éxito. Cette innovation, en phase
pilote dans 15 magasins de la filiale de Casino, a été déployée en partenariat avec la
startup Mudi, spécialisée dans la conception graphique et multimédia. Elle permet
d’interagir avec une partie du magasin et de la décoration vendus par l’enseigne.
Grâce à un QR code, les clients pourront bien visualiser des produits en trois
dimensions afin de mieux appréhender leurs différentes caractéristiques. Ils auront
l’occasion de profiter de cette technologie depuis chez soi en se rendant sur le
site hogar3d.exito.com.

Pour mieux anticiper les attentes des clients

Cette initiative servira à toujours mieux anticiper les attentes des clients. « Cette
technologie fait partie d’une tendance mondiale dans la décoration appelée le “home
staging”. Elle accompagne les consommateurs dans leur décision d’achats de
mobiliers ou d’objets de décoration et leur apporte surtout l’assurance du résultat in
situ », a précisé Lucía de la Pava, Directrice de la catégorie maison chez Grupo
Éxito.

Qu’est-ce que le home staging ?

Véritable révolution du commerce ces dernières années, le home staging peut se
définir comme la mise en scène du bien immobilier perceptible ici à travers la
manipulation 3D et la réalité augmentée. Il s’agit d’une façon de rendre le produit
plus attractif et le faire correspondre à la façon de vivre des consommateurs. Il s’agit
donc d’un moyen visant à favoriser l’acte d’achat chez les clients. Par ailleurs, le
home staging révolutionne le commerce électronique car il génère un sentiment de
présence qui réduit le fossé entre le monde physique et numérique.
« Dans le cas d’Éxito, cela améliore l’expérience physique puisqu’il permet de
visualiser plus de produits sur le point de vente et l’expérience numérique, car il
permet de répondre à des questions clés depuis chez soi telles que : Comment ça se
présente dans mon espace ? Quelle est sa taille ? Correspond-il à mon
environnement ? », fait valoir Mauricio Ospina, fondateur et PDG de la startup Mudi.

Entre Jeff Bezos et Richard Branson, c’est à qui vole le plus vite haut

Les deux milliardaires – et pas qu’eux – se tirent la bourre dans le domaine du tourisme spatial. Illustration avec l’annonce la semaine écoulée par le Britannique de l’avancement de son voyage à bord du vaisseau VSS Unity.

Jeff Bezos dont le voyage est annoncé pour le 20 juillet pensait certainement être le premier entrepreneur à tutoyer l’espace. Mais Richard Branson ne l’entend pas de cette oreille. Le milliardaire britannique a fait savoir le 1er juillet qu’il serait parmi les six personnes à bord du vaisseau VSS Unity en partance pour l’espace le 11 juillet, soit quelques jours avant la traversée de Bezos.

À bord de l’appareil spatial conçu par son entreprise Virgin Galactic, Richard Branson, 70 ans, fera donc parti si les conditions météo le permettent, d’un vol avec équipage dont le décollage est prévu dans le Nouveau-Mexique. L’expérience de 11 minutes à peine consiste à demeurer en apesanteur après avoir été convoyé dans l’espace soit via un vaisseau accroché à un avion (comme c’est le cas avec VSS Unity), soit à travers une fusée munie d’une capsule (le cas de New Shepard avec Bezos).

Bataille d’annonces

Mais alors que d’aucuns y verraient une simple lubie pour milliardaires, il n’en est rien pour Jeff Bezos, Richard Branson ou encore Elon Musk convaincus de pouvoir coloniser l’espace. L’annonce du Britannique est une nouvelle illustration de cette âpre bataille que se livrent tous ces fortunés. Car bien qu’étant à l’origine avancé sur son projet du tourisme spatial avec des centaines de billets à 250 000 dollars l’unité déjà écoulés notamment, Branson avait dû en ralentir l’exécution ces derniers mois. Suffisant pour que Bezos lui grille la politesse et annonce son voyage grâce à son entreprise Blue Origin.

Le patron d’Amazon, première fortune mondiale avait communiqué à ce sujet le mois dernier. Outre son frère Mark, Jeff Bezos sera pour ce voyage prévu avec sa fusée New Shepard, en compagnie d’un autre riche fortuné dont l’identité reste à dévoiler. Ce dernier a gagné son ticket à bord au terme d’une vente aux enchères conclue à 28 millions de dollars. À cette liste s’ajoute un dernier invité présenté la semaine dernière, le jour de l’annonce de Richard Branson. Il s’agit de Wally Funk, pilote d’expérience dont le rêve a toujours été de se rendre dans l’espace. À tel point que la vieille de 82 ans avait déjà un billet garanti auprès de Richard Branson.

Opération contre La Samaritaine : Attac contre-productif

Samedi, des militants d’Attac n’ont pas hésité à taguer les murs de La Samaritaine, pour dénoncer son propriétaire, le groupe LVMH et son PDG Bernard Arnault. Une énième opération « coup de poing » d’une association dont la légitimité s’effrite année après année.

La fin ne justifie pas toujours tous les moyens. Quelques semaines après le crash d’un ULM de Greenpeace sur la pelouse du stade de Munich, il serait sans doute temps que les professionnels des coups médiatiques « pour la bonne cause » repensent leurs stratégies pour s’adapter à une société lassée par les positions extrêmes.

Mais au-delà des méthodes en elles-mêmes, la cible choisie par Attac pour son opération est pour le moins discutable. La Samaritaine, un des grands magasins emblématiques de Paris, de son histoire et de son prestige, vient de rouvrir après une décennie de travaux. Une réouverture synonyme évidemment d’emplois, mais aussi d’un certain espoir pour une ville et un pays fermés par intermittence depuis près d’un an et demi.

Mais de cela, les militants d’Attac n’ont cure. Obnubilés par leur volonté de faire passer coûte que coûtes leurs messages, ils ne se posent pas trop de questions sur les conséquences de leurs actions et sur la façon dont leur mouvement peut être mal perçu en raison de certaines outrances.

Après avoir rameuté journalistes et caméras, les équipes d’Attac se sont déguisés en combinaison de chimistes (allez savoir pourquoi) pour taguer les vitrines de La Samaritaine. Des images qui ont pour objectif de tourner sur les chaines d’infos… mais qui évitent de réfléchir. Ces méthodes semblent aujourd’hui éculées… à toujours vouloir choquer, on ne choque plus personne.

Quel impact a aujourd’hui une association comme Attac sur les débats publics en matière d’accroissement des inégalités ? Quelles propositions concrètes et réalistes sortent de telles actions ? Aucune, ce n’est pour l’essentiel que du spectacle. Après 18 mois de crise sanitaire, le monde a besoin de dialogue et de sens du dialogue, pas d’opérations qui découpent le monde entre gentils et méchants.

Comment les Français choisissent-ils leur pain ?

Une nouvelle étude de la Fédération des Entreprises de Boulangeries (FEB) lève le voile sur les critères qui prévalent en France pour le choix du pain. Une importance particulière est notamment accordée à la qualité, la texture, les points de vente, entre autres.

Les Français consomment-ils toujours autant de pain ? Oui, mais de moins en moins quand même. Et cela semble se confirmer au fil des années. En témoignent les récentes données de la FEB sur le sujet. Elles révèlent notamment une consommation journalière à hauteur de 105 grammes en moyenne actuellement contre 114 grammes il y a six ans.

Toutefois, cette tendance baissière n’a aucune incidence sur la recherche de qualité. Un critère essentiel pour les Français au même titre que le lieu d’achat influencé par le prix et l’accessibilité.

Les boulangeries résistent aux grandes surfaces

Ainsi, la majorité des Français préfère encore acheter leur pain à la boulangerie du coin. Un attachement accru par la pandémie du Coronavirus et ses restrictions. Mais la concurrence des autres points de vente est réelle. Notamment au niveau de la grande distribution qui attire de plus en plus de monde en raison de ses coûts abordables et d’un effort de qualité avéré sur les produits. L’autre raison de la préférence des consommateurs pour les grandes surfaces tient à la liberté. Beaucoup de Français aiment bien la possibilité de pouvoir choisir son pain dans les rayons des magasins comme voulu.

Les types de pain consommés

L’étude de la FEB dresse par ailleurs un large éventail des différents types de pain consommés en France. On apprend à cet effet que les baguettes françaises restent très prisées. 41% des personnes préférant la baguette tradition suivie de celle classique. Les autres types de pain plébiscités sont ceux de campagne et ceux aux céréales. Le pain de mie est lui consommé par 86 % des personnes.

En revanche la consommation du pain dit bio reste encore assez marginale. Il ne suscite que l’adhésion de 7% des Français, la plupart étant de la catégorie socioprofessionnelle ou résidant dans la région francilienne (33%), là où il est considéré comme bénéfique pour la santé. Plus généralement, deux personnes sur trois disent consommer ce type de pain à de rares occasions.

Enfin, les consommateurs sont très regardants (52% des personnes) sur la provenance du produit – en l’occurrence le blé – servant à la fabrication de leur pain. Ainsi, 73% des personnes interrogées préfèrent le blé sorti des terres françaises.

France : Leclerc s’oppose à la hausse des prix des produits alimentaires

France, shopping center in Saint-Herblain city, Leclerc hypermarket, store entrance.

Michel-Édouard Leclerc, patron du groupe de grande distribution française Leclerc, a dit lundi 14 juin toute sa désolation à propos de la hausse des coûts récemment réclamée par l’industrie agroalimentaire.

La hausse des prix préconisée par les industriels pour tenter d‘amoindrir le poids des coûts d’approvisionnement en matières premières n’agrée pas du tout le PDG de Leclerc. C’est peu dire que cela révulse même Michel-Édouard Leclerc qui l’a fait savoir en des termes durs et sans équivoque lundi 14 juin au micro de BFMTV. Pour le sexagénaire, consentir à cette demande de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), reviendrait tout simplement à engraisser des gens pourtant déjà bien repus. Il cite nommément des industriels comme : Ricard, l’Evian, le jus d’orange Joker dont les matières premières proviennent essentiellement de l’étranger. En quoi la hausse des coûts souhaitée par ces derniers profiterait-il à la filière agricole française, se demande Michel-Édouard Leclerc.

Pas question d’encourager le vice

Le patron de Leclerc indique par ailleurs qu’une hausse des prix des produits alimentaires apparaîtrait comme une prime à la course effrénée pour le profit en cours dans certaines firmes. Il en veut pour preuve le groupe Danone qui s’est séparé abruptement il y a quelques mois de son PDG Emmanuel Faber au motif qu’il n’en faisait pas assez pour renflouer les caisses. Accepter d’acheter plus cher les produits d’une telle entreprise reviendrait à récompenser les actionnaires au détriment de l’agriculteur local qui mérite d’être rémunéré à la hauteur de son labeur.

Michel-Édouard Leclerc très loquace a également pointé du doigt la concomitance entre la demande de l’Ania sur les prix et le récent démantèlement d’un circuit clandestin de contournement des prix. Les industriels indélicats – 12 au total – opérant pour la plupart dans la charcuterie, s’assuraient des marges sur les coûts au mépris de la loi entre 2010 et 2013. Ils ont été condamnés par la justice à une amende globale de 93 millions d’euros.

L’Ania gronde

L’Ania qui n’entend pas les choses de cette oreille a fait savoir la semaine écoulée qu’il faudrait procéder à une hausse du prix des produits alimentaires de 9% en moyenne. Raison évoquée, la flambée continue du prix des matières premières depuis plusieurs mois, se chiffrant à 58% pour le sucre en un an, 28% pour les céréales, 24% pour les produits laitiers. Assistera-t-on à une guerre des prix ?

« 1001 gares » : la modernisation du réseau doit répondre aux attentes des voyageurs

Depuis le 15 mars 2021 et jusqu’au mois d’octobre, la SNCF organise un appel à projet avec Ile-de-France Mobilités (IDFM), intitulé « 1001 gares ». L’objectif est d’impliquer la société civile dans l’aménagement du territoire, mais aussi de faciliter et pérenniser l’installation de nouveaux services sur le trajet des voyageurs. Ainsi, la modernisation des infrastructures ferroviaires franciliennes comprend des investissements dans les grandes gares parisiennes comme Saint-Lazare ou Austerlitz, tandis que les petites gares ont également un rôle à jouer…

Des infrastructures ferroviaires stratégiques à revitaliser

Aujourd’hui on estime que « 89% des Français vivent à moins de 10 km d’une des 3000 gares qui maillent le territoire ». Et dans la région capitale, la SNCF Gares & Connexions accueille 3,2 millions de voyageurs par jour au sein de ses 385 gares du réseau Ile-de-France. Aussi, afin de répondre à des besoins de mobilité grandissants, l’appel à projet « 1001 gares » souhaite désormais impliquer l’ensemble de la société civile. En effet, dans le cadre de cette initiative, les porteurs de projets pourront aussi bien être des entreprises que des associations ou des particuliers. À l’origine de cette démarche, le directeur général de la SNCF Gares et Connexions, Claude Solard, explique : « il n’y a rien de pire dans une gare que des espaces vides, les voyageurs veulent des gares vivantes ». Ainsi, espère-t-il, bientôt des bibliothèques, des crèches ou encore de nombreux autres commerces ouvriront prochainement dans ces lieux de proximité, où transitent chaque jour des millions de voyageurs.   

Les gares d’Austerlitz et Saint-Lazare, plateformes intermodales et atouts pour la décarbonation de la mobilité

D’après le comparateur de mobilité édité sur le site OUI SNCF, lors d’un trajet en train entre Paris et Compiègne, un voyageur émet seulement 2,1kg de CO2, là où un déplacement en autocar émettrait 3kg de CO2, et un déplacement en covoiturage émettrait 7,5kg de CO2 sur la même distance. L’empreinte environnementale du rail est donc moindre que celle des autres moyens de transport, et à ce titre, le train serait une solution à privilégier pour favoriser une mobilité plus durable. C’est pourquoi, dans le but d’anticiper l’accroissement du trafic ferroviaire, des innovations ont par exemple été installées à la gare Saint-Lazare, la deuxième gare d’Europe en termes de flux de voyageurs. Depuis fin 2019, de nouveaux portiques permettent de lutter contre la fraude, mais aussi d’optimiser la gestion des voyageurs avec « la révolution des Smart Navigo.

À la gare d’Austerlitz, où l’on s’attend à voir le nombre de passagers passer de 20 millions par an aujourd’hui à plus de 45 millions après l’arrivée du TGV, des travaux sont également prévus.   En décembre 2020, alors que la délibération sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) bioclimatique a été votée par le Conseil de la Ville de Paris, le préfet de région a effectivement accordé le permis de construire au différents acteurs réunis autour du projet. Outre l’augmentation des flux provenant des trajets longue distance, la réhabilitation de la gare va surtout permettre de faciliter le transit entre Paris et la banlieue. En effet, pour accroître l’intermodalité entre les différents modes de transports, 1000 places supplémentaires pour les vélos (contre les 117 actuelles) et la construction d’un parking souterrain pour les voitures sont prévues. De quoi favoriser l’accès aux réseaux de transports structurants de la capitale aux utilisateurs de la voiture et des mobilités douces, tandis que l’intérieur de la gare sera réaménagé pour simplifier les circulations entre les trains grandes lignes en surface, le RER C en souterrain et les lignes 5 et 10 du métro.

À quoi ressembleront les gares de demain ?

Selon IDFM, l’ensemble de ces opérations de modernisation devront à la fois permettre de « préserver le patrimoine immobilier de la SNCF », mais aussi « d’améliorer le confort des voyageurs ». En quelques mots, l’objectif est de « redonner de la vie » à toutes les gares franciliennes ! Dans cette perspective, « 1001 gares » ou le challenge pour les gares de demain a été élaboré en tenant compte d’une étude qui avait été réalisée en 2019, après consultation des collectivités territoriales. Une stratégie qui vient par ailleurs également répondre aux attentes de la population, comme en atteste le hashtag #JeVeuxUneGareAccessible, lancé au moment de la rénovation de la ligne D du RER. Car si l’attractivité des gares passe nécessairement par le développement de nouveaux services et par la rénovation des équipements, d’autres améliorations sont régulièrement citées parmi les attentes des voyageurs. C’est le cas de l’accessibilité, qui est une revendication récurrente des personnes en situation de mobilité réduite. De même, l’accès à des toilettes publiques est désormais possible dans de nombreuses petites gares de la région, plus de 200 unités ont été installées depuis 2019. Enfin, ces grands travaux enclenchés depuis 2009 sont aussi l’occasion de mettre en œuvre des projets transverses tels que la mise en conformité des infrastructures, la construction de parkings, ou encore le déploiement du service WIFI sur les zones d’attente.

France : le marché des smartphones reconditionnés opposé à la copie privée

La redevance permettant la reproduction par un particulier d’une œuvre au bénéfice de son auteur, vise le secteur de la vente de téléphones de seconde main. Ces acteurs dénoncent une mesure pénalisante.

Les smartphones reconditionnés reviendront-ils prochainement plus chers ? Ce serait en tout cas la conséquence ultime de l’élargissement de la redevance pour copie privée actuellement en discussion en France. Impulsé par le monde culturel, ce dispositif vieux de plusieurs décennies vise à garantir au créateur d’une œuvre la possibilité de toucher une certaine somme chaque fois que son produit est copié pour un usage privé par une tierce personne. Une exception, car en théorie, la copie d’une œuvre est interdite par la loi. Une exception que les artistes confortés par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, souhaitent étendre aux smartphones reconditionnés. Ils proposent par la voix de Copie France, structure dédiée à cet effet, l’application d’une redevance de 7,20 pour ces appareils de seconde main d’une capacité de stockage comprise entre 32 et 64 Go. Au-delà, il faudra s’acquitter de 8,40 euros.

Back Market mène la fronde

Le secteur des téléphones reconditionnés est en pleine expansion dans le monde, principalement en France. Beaucoup de Français préfèrent ainsi acheter des smartphones de seconde main au lieu d’investir plus de moyens dans l’acquisition d’un appareil neuf. Sur l’année 2020, 2,6 millions de smartphones reconditionnés ont été écoulés. Soit une hausse de 20% comparée à 2019. La raison de cet engouement est bien évidemment économique, mais aussi écologique. Les études démontrent en effet que les Français changent de trop vite smartphone, ce qui contribue à la flambée des émissions de carbone dans le secteur du numérique. Il leur est donc de plus en plus recommandé un changement d’habitude de consommation au profit du recyclé promu par la filière des smartphones reconditionnés. Un secteur dont la future législation sur le numérique et l’écologie souhaite exonérer de la copie privée. Car, indique le projet de loi, un support taxé une première fois ne saurait être à nouveau frappé de redevance.

La même position est défendue par Back Market, start-up française spécialisée dans la vente des smartphones reconditionnés. À l’instar du syndicat dédié au secteur, elle estime qu’une redevance de copie privée sur les téléphones de seconde main ferait grimper les coûts de vente d’au moins de 10%. Argument non convaincant pour les défenseurs de la mesure dans un contexte où les acteurs culturels sont sinistrés par la crise du Coronavirus. Ils estiment par ailleurs que l’écologie et la culture ne sauraient s’opposer.

Hydrogène naturel : reine des énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest avec Aliou Diallo

Solaire, éolien, hydraulique, géothermie et biomasse. Les énergies renouvelables ont conquis notre planète, qui souhaite reprendre des couleurs. La plupart des industriels européens, américains ou asiatiques ont lancé au moins un projet dans ces énergies. Mais en Afrique de l’Ouest, un entrepreneur malien a fait le choix de miser sur l’hydrogène naturel, une ressource peu connue du grand public.

Les énergies renouvelables, tout le monde en parle depuis plusieurs années. Elles représentent l’espoir d’une planète engagée dans une transition énergétique inédite. Les gouvernements et acteurs de l’énergie investissent énormément dans quatre principaux domaines, à savoir le solaire, l’éolien, l’hydraulique et la biomasse. On voit ces dernières années les projets se multiplier en Europe, en Chine, en Inde, aux Etats Unis et même en Afrique.

Dans ce dernier continent, une autre ressource fait de plus en plus parler d’elle : l’hydrogène naturel. Elle est exploitée depuis 2012 à Bourakébougou, au Mali, par la compagnie Hydroma fondée en 2006 par le milliardaire Aliou Boubacar Diallo. Aujourd’hui, cet ambitieux entrepreneur est reconnu comme le pionnier mondial de l’hydrogène naturel. Et pour cause, il reste à ce jour, le seul au monde à transformer cette ressource en électricité verte. Une prouesse technologique qui lui permet d’être invité dans des grands évènements comme La COP 21 et de se retrouver à la même table que les membres de gouvernement, dont ceux de l’Allemagne.

L’Afrique, clé de la révolution énergétique ?

En Afrique de l’Ouest, Aliou Diallo souhaite opérer souhaite faire des miracles avec l’hydrogène naturel. Il promet notamment résoudre le problème énergétique de la région en produisant de l’énergie verte en quantité et à moindre coût. Cette ambition sera certainement réalisée car les potentialités sont énormes. En effet, l’hydrogène naturel se trouve en abondance dans le sous-sol ouest-africain d’après plusieurs prospections. « L’Afrique va être la clé de la révolution énergétique et l’Afrique aura un rôle à jouer dans la transition énergétique parce que le craton ouest-africain contient de grands gisements d’hydrogène naturel », a confirmé Aliou Diallo, il y a quelques mois. Un rapport de qualification d’Hydroma publié en 2019 indique que les réserves dans la seule région de Bourakébougou sont estimées à 700 milliards de mètres cube !

« Nous ne consommerons que 5% à 10% de notre production »

Alors que le Mali vit à nouveau un sérieux délestage depuis des mois, Aliou Diallo a récemment réitéré au gouvernement sa disponibilité pour aider le pays à gagner son indépendance énergétique. Il assure que ce problème sera résolu s’il avait les financements nécessaires pour lancer une production à grande échelle de son hydrogène naturel. Pour approvisionner plus facilement l’Afrique de l’Ouest, du nord et même l’Europe, le promoteur malien prévoit la construction d’un pipeline qui partira de Bourakébougou jusqu’aux portes de l’Europe.

« Si nous exploitons l’hydrogène naturel pour produire de l’électricité et des produits dérivés comme l’engrais ou l’ammoniac à utiliser dans la mobilité légère et lourde, nous ne consommerons que 5% à 10% de notre production. Donc le reste que faut-il faire avec ? Si on veut avoir des sources de devises, il faut aller vers l’exportation. Il faut alors trouver la meilleure voie d’exportation, celle qui s’adapte le mieux à l’hydrogène vert et à l’hydrogène naturel dans les différents pays cités », avait-il expliqué en octobre 2020. En attendant les financements, Hydroma continue ses travaux à Bourakébougou et vient de lancer la construction de champs de panneaux photovoltaïques pour la production de l’hydrogène solaire.

Articles les + lus