La mobilisation continue

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Ce mardi marque la troisième journée de mobilisation contre les réformes du président Emmanuel Macron, à la tête de la République depuis tout juste un an. Les neuf syndicats de fonctionnaires ont lancé un appel commun contre « la mise à mal des missions publiques », « la dégradation des conditions de travail » et pour le pouvoir d’achat.

Manifestation, acte III

Depuis l’élection du président Macron, il s’agit de la troisième journée de mobilisation des fonctionnaires. Ils défileront pour défendre leur statut et s’opposer à la future réforme du gouvernement, qu’ils perçoivent comme une « attaque ». Entre 130 et 140 manifestations sont programmées partout en France.

Paris, ville mère

Les leaders de la CGT, de Force ouvrière (FO) et de la CFDT défileront ensemble pour la première fois depuis 2010, lors de la contestation contre la réforme des retraites.
Outre Philippe Martinez, Pascal Pavageau et Laurent Berger, seront également présents : Luc Bérille (UNSA), François Hommeril (CFE-CGC) et Philippe Louis (CFTC).

« Ils seront tous sur la ligne de tête », se réjouit Bernadette Groison (FSU). « Grâce à la fonction publique, toutes les organisations syndicales de ce pays seront ensemble », s’est-elle félicitée. « Ça signifie qu’effectivement les enjeux sont très lourds ».

Une France paralysée ?

Alors que la manifestation est au programme de nombreux fonctionnaires ce mardi, voici quelques perturbations possibles :

  • Cantines fermées et horaires restreints dans les écoles : Le fonctionnement des écoles et collèges sera perturbé, de même que l’accueil des tout-petits dans les crèches.
  • Opérations escargot : le syndicat majoritaire chez les policiers Alliance a prévu des opérations dans plusieurs villes de France dont Paris, Bordeaux, Lille, Toulouse, Lyon et Metz.
  • Pôle Emploi au ralenti :  les conseillers sont appelés à faire grève par huit syndicats qui jugent « inconcevable de supprimer des postes alors même que nous n’arrivons pas à accompagner tous les demandeurs d’emploi ».

Par ailleurs, des services publics tels que Météo France devrait également être perturbés. A cela vient s’ajouter la grève des cheminots, qui devrait normalement prendre fin le 28 juin prochain.

 

 

Journée noire à la SNCF

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les jours de grève perlée ne suffisaient visiblement plus aux salariés de la SNCF. Le 1er avril dernier, ces employés ont entamé un bras de fer avec le gouvernement, qui a annoncé vouloir mettre fin au statut des cheminots. Au-delà des jours de grèves déjà mis en place, ce lundi a été particulièrement perturbé par les différentes mobilisations. 

Une réponse politique

La semaine dernière, le premier Ministre Edouard Philippe recevait un à un les syndicats de cheminots dans les bureaux de la place Beauvau. Cette rencontre, bien qu’elle se soit déroulée avec calme, n’a pas apaisé les tensions. En effet, le premier Ministre a affirmé la volonté du gouvernement d’aller jusqu’au bout de la réforme.

Un trafic encore plus perturbé

Afin de contrer cette décision, les cheminots continuent de maintenir la tête sous l’eau à des milliers de voyageurs utilisant le réseau ferroviaire quotidiennement. Ce lundi était synonyme de journée « sans cheminots et sans trains ». Dans un communiqué publié en fin de matinée, la direction a annoncé que le taux de gréviste s’établissait à 27,58 % dans l’entreprise, contre 14,46 % le 9 mai.

Vot’action

Ce 18e jour de grève marque également le début de la consultation lancée par les syndicats CGT, UNSA, SUD et CFDT auprès des 147 000 salariés de la SNCF. Baptisée « vot’action », elle invite chaque agent en activité à dire s’il est « pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement », qui reste inflexible sur trois points : l’ouverture à la concurrence, la fin de l’embauche au statut, et la transformation de la SNCF en société anonyme (SA) à capitaux publics.

Après la rencontre entre Edouard Philippe et les différents syndicats, le premier Ministre a promis que de nouvelles discussions auront lieu durant le mois de mai.

 

Les grèves sur terre et dans les airs se poursuivent

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Alors que les ponts du mois de mai pourraient ravir les travailleurs, ils sont fortement perturbés par différents mouvements sociaux, notamment à la SCNF et chez Air France. Les deux compagnies de transport mettent en péril de nombreux voyages, ce qui n’est pas pour plaire aux milliers d’usagers, qui les empruntent quotidiennement. 

Le 8 mai aura été marqué par les nombreux vols annulés par la compagnie aérienne Air France. Depuis plusieurs semaines voire quelques mois, les employés du groupe d’aviation civile réclame une augmentation de 6 %, et 10 % pour les pilotes. Le PDG de la SCNF, Jean-Marc Janaillac, n’est pas dans l’optique d’accéder à leurs requêtes. Pour lui, une hausse des salaires d’un tel pourcentage serait négatif pour le groupe, qui bénéficie d’une image honorable à l’internationale. Cette augmentation rimerait avec une augmentation du prix des billets, ce qui n’est pas possible d’après Jean-Marc Janaillac.

Les 15 jours de grève ont coûté plus de 300 millions à l’entreprise et n’ont débouché sur aucun accord.

Du côté du groupe ferroviaire SNCF, les grévistes ne sont pas en reste. En effet, depuis plus d’un mois maintenant, les cheminots, en désaccord avec le gouvernement, ont entamé une grève perlée. En d’autres termes, cela signifie que trois jours sur cinq, le trafic est perturbé. Ces perturbations sont prévues jusqu’au 28 juin prochain.

Bien que le premier ministre Edouard Philippe a reçu les syndicats dans ses bureaux de Matignon, la situation ne semble pas s’améliorer. En effet, certains syndicats ont déclaré que la grève allait continuer, car ces discussions ne menaient à rien.

Les voyageurs, sur terre et dans les airs, ne sont donc pas au bout de leurs peines.

 

Le TORM : un roman d’exception

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Avec la sortie de Ready Player One, nouveau blockbuster de Steven Spielberg, la science-fiction a fait son grand retour. Dans une moindre mesure, les Français et ici Françaises ne sont pas en reste en matière de créativité. L’auteure Régine Bonnard a récemment publié Le TORM, son nouveau roman de science-fiction en deux tomes.

La science-fiction a toujours intrigué. Ces dernières années, elle a réussi à faire peau neuve grâce à de
célèbres réalisateurs comme Luc Besson, ou encore Steven Spielberg. Du côté de l’écriture, nombreux
sont les auteur(e)s à lui insuffler la vie.

C’est le cas de Régine Bonnard, et des deux tomes de son roman Le TORM. Dans ce parfait exemple de
science-fiction, l’auteure met en scène huit jeunes gens, qui devront acquérir les principes fondamentaux
du TORM, afin d’avancer dans leur quête. Farouchement indépendants ou rêveurs solitaires, ils aspirent à
l’unité sans trop savoir comment l’atteindre et encore moins l’immiscer dans le monde. Au détour de
plusieurs pays, comme l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et la France, les jeunes apprentis disséqueront les
motivations de l’humanité, expérimentant eux-mêmes les comportements qui enlisent comme ceux qui
élèvent. A la suite de cette « Initiation au Diamant » (ndlr : tome 1), les huit novices devenus
ambassadeurs du TORM, instilleront le pouvoir de choisir à des terriens gagnant en épaisseur, en lucidité
et en joie de vivre. Dépasser le sentiment d’impuissance et d’isolement, oser, voyager du Cosmos à la
Terre et en revenir à Soi, confortablement blotti dans les pages du TORM…(ndlr : « Et de toute éternité »
tome 2).

Au travers de ses deux romans, Régine Bonnard souhaitait aborder les questions existentielles que la
science-fiction permet de revisiter au-delà de ce que nous pensons être acquis, impossible ou simplement
insignifiant.

« La science-fiction permet une grande liberté narrative et d’explorer sans limitation. On y habille ses
visions de couleurs, on prend le contre-pied des standards, comme dire que l’illusion c’est le réel, ou que
nous sommes ici et ailleurs simultanément… Elle est un fabuleux terrain de jeu, avec mille trajectoires
possibles et des joueurs toujours en quête d’identité et de sens. Sans compter qu’avec l’univers, on a de
quoi remettre l’ego humain à sa place », déclarait-elle dans un interview.

Les deux opus sont disponibles en versions numérique et papier sur la plateforme Amazon.

Casino : payer plus tard, c’est maintenant possible

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Depuis le 30 avril, les clients de l’enseigne Casino peuvent désormais remettre le paiement de leurs courses à plus tard, grâce à une ardoise numérique. 

Le groupe Casino ou Casino Guichard Perrachon est un groupe de distribution en France et dans le monde. Il est dirigé par Jean-Charles Naouri. Ces enseignes sont prisés par de nombreux Français, qui peuvent y trouver des aliments de première nécessité pour une poignée de centimes.

Malgré ces prix bas, beaucoup de clients se retrouvent en difficulté à la fin du mois, pour payer leurs factures et leurs courses. Afin de remédier à la situation, le groupe Casino propose maintenant à ses clients la possibilité de payer en différé, voire plus tard.

Ce système repose sur une ardoise numérique, semblable à l’ardoise classique, soit le crédit. Le panier minimum requis par Casino atteint 20 euros pour le différé et 50 euros pour le paiement fractionné. Les clients choisiront la date à laquelle ils voudront être débités (au maximum jusqu’à 31 jours après l’achat). Si ce type de dispositif est déjà utilisés dans d’autres enseignes, c’est la première fois qu’il est utilisé pour de l’alimentaire.

« L’objectif n’est pas de permettre à nos clients d’accumuler de la dette« , explique Cyril Bourgois, directeur des opérations du groupe Casino. « C’est un peu comme l’ardoise d’autrefois quand on allait chez le petit commerçant et qu’on avait la possibilité de payer quelques jours plus tard », a-t-il expliqué devant les caméras de TF1.

Alors que cette ardoise numérique a pour but de soulager les clients, certains ne voient pas d’un bon oeil ce nouveau moyen de paiement. « Je préfère manger moins, voire me priver plutôt que de payer en plusieurs fois, après on ne s’en sort plus », explique ainsi une cliente.

 

60 millions de consommateurs : les aliments à bannir

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Dans son dernier numéro hors-série, 60 millions de consommateurs dresse une liste des aliments à bannir, issus de l’agro-alimentaire. Entre aditifs, sucres cachés et pesticides, le magazine de santé tire la sonnette d’alarme. 

Les grandes enseignes de distribution redoublent d’efforts afin de conquérir une clientèle toujours plus grande. Elles ne manquent pas d’imagination, et se plient en quatre afin de satisfaire les clients, quelque soit leur mode d’alimentation.

Malgré ces efforts, certains aliments restent nuisibles pour la santé. 60 millions de consommateurs, magazine édité par l’Institut national de la consommation (INC), dénonce « les dérives d’une alimentation « ultra transformée » à notre insu« .

INC, établissement public placé sous la tutelle du ministre chargé de la consommation, l’Institut national de la consommation (INC) assure des missions de service public.

Dans son numéro hors-série, les rédacteurs ont dressé une liste de ces aliments qui nous empoisonneraient. Les aliments « ultra transformés » sont partout dans les rayons. « Pauvres en matières premières brutes (légumes, fruits, lait, viande…) mais riches en additifs, les aliments transformés regorgent d’ingrédients à bas coût, dénaturés pour leurrer notre goût. Sel, sucre et graisses combinés stimulent les pics de glycémie, entraînant des réactions addictives ».

En voici quelques exemples :

  • Les sodas light : le problème des sodas light est l’ajout d’additifs dangereux pour la santé, selon 60 millions de consommateurs. Le magazine en compte trois dans la liste d’ingrédients de deux célèbres marques.
  • Les produits végans : beaucoup de ces végans contiennent plusieurs ingrédients inutiles à leur composition de base. En faisant cela, ils souhaitent ressembler à un produit classique. Au-delà de ces additifs, on retrouve des aliments qui augmentent le taux de matières grasses, ou de sel.
  • Les bouillons cubes : « 80% du sel ingéré par les Français proviendraient des aliments transformés », selon 60 millions de consommateurs. Les cubes déshydratés contiennent une dose très élevée de sel. En général, un demi-cube de bouillon déshydraté couvrirait 20% de l’apport maximal recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La liste est non exhaustive et bien plus importante que les trois exemples mentionnés ci-dessus. Les marques distributeurs (MDD) démentent parfois ces méfaits.

 

Locations touristiques : des vacances sereines

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le beau temps fait son retour sur l’ensemble du territoire français, à quelques semaines à peine des premiers ponts de mai, et surtout, des vacances d’été. Une semaine, dix jours ou bien un mois pendant lesquels on souhaite généralement profiter, sans se ruiner. Les plateformes de locations touristiques sont en plein essor, et offre tout le confort attendu.

Depuis plusieurs années, les plateformes de locations touristiques sont en plein « boom ». Leader incontesté, Airbnb, propose des milliers de locations, toutes aussi diverses les unes que les autres. Aux quatre coins du monde, la plateforme offre à des millions de particuliers, la possibilité de mettre leur(s) bien(s) en location, qu’il s’agisse d’un appartement, d’une maison, ou bien d’un bateau.

Airbnb, bien qu’incontestablement leader sur le marché de location touristique, n’est pourtant pas la seule plateforme à proposer ce types de services. Par exemple, Wimdu, société allemande fondée en 2011, propose également des locations touristiques. Le fonctionnement de cette plateforme est relativement identique à celui de Airbnb. Le client peut choisir sa destination, les dates, et surtout le type de bien qu’il souhaite louer.

A la différence des groupes hôteliers, ces plateformes de locations touristiques permettent aux clients de vivre une expérience inédite, et à moindres frais. En effet, depuis l’explosion des locations entre particuliers, les hôtels peinent à rivaliser. Les prix proposés par les plateformes de locations sont très attractives, puisque la nuit revient généralement deux fois moins cher qu’une nuit d’hôtel. De plus, les locataires peuvent totalement s’immerger dans une culture différente de la leur, puisqu’ils auront l’impression d’être chez eux.

Malgré tous ces éléments positifs, Airbnb est actuellement dans une mauvais passe. En effet, la ville de Paris a décidé de l’assigner en justice, car la plate-forme ne respecterait pas la loi. Toutes les annonces proposées sur le site doivent, en principe, être référencées. Airbnb, qui se présentera devant la justice en juin prochain, pourrait être mal reçue.

 

 

 

Maltraitance animale : les nouvelles images choc de L214

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La semaine dernière, l’association L214, surtout connue pour son implication à l’égard de la cause animale, a dévoilé des images choc, tournées dans un élevage de porcs dans le Tarn.

L’association L214, de son nom complet L214 éthique et animaux, est une association à but non lucratif française fondée en 2008, qui défend fermement la cause végane et les droits des animaux. Elle est très souvent à l’origine de scandales, que ce soit dans des abattoirs, ou comme ici, dans les élevages d’animaux.

Cette fois, les images dévoilées par l’association mettent en cause un élevage de porcs dans le Tarn, plus précisément dans le village de Peyrole, situé près de Lisle-sur-Tarn. Sur cette terrible vidéo, on y voit la vétusté de l’établissement dans lequel sont entassés des centaines de porcs.

« On y voit la saleté sur les murs, des rats morts, des porcs blessés aux oreilles ou sur les flancs, des mouches qui pullulent et une épaisse couche d’excréments sur laquelle vivent ces animaux. Ces cochons vivent déjà toute leur vie sur un sol bétonné et, circonstance aggravante, vivent dans cette situation là jusqu’à leur départ pour l’abattoir », dénonce Isis La Bruyère, porte-parole et membre du département enquêtes de L 214.

Le visionnage de ces images est insoutenable, d’autant plus pour les militants de la cause animale.

Une responsable de cette organisation de défense des animaux s’est notamment rendue à Albi en fin de semaine dernière, afin d’alerter les services vétérinaires dépendant de la préfecture. « C’est une situation que l’on retrouve fréquemment en France. Après, il y a des élevages plus ou moins bien tenu au niveau sanitaire », pointe Sébastien Arsac, militant de l’association L214. « Mais aujourd’hui, on porte plainte auprès du tribunal d’Albi pour mauvais traitements et sévices envers les animaux ».

Grève : sur terre et dans les airs

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le 2 avril dernier a marqué le début de longues journées de galères pour des millions de voyageurs. La SNCF prévoit une mobilisation inédite de 36 jours, qui courra jusqu’au moins de juin. A cette grève vient s’ajouter celle d’Air France. La semaine dernière, la compagnie aérienne a annoncé les dates de ses journées noires

Les voyageurs s’étant rabattus sur l’avion pour éviter la grève SNCF vont devoir trouver une autre solution. Prise dans une pénible mobilisation depuis dix jours, la population doit faire face et trouver de nouvelles alternatives, afin de ne pas impacter outre mesure leur vie quotidienne. L’avion, par exemple, a été sollicité et les achats de billets se sont multipliés depuis le début du mouvement.

Les syndicats exigent une hausse de salaire de 6 % pour tous les salariés, au moment où les résultats de l’entreprise s’améliorent. Ces 6 % seraient utilisés afin de compenser les pertes des revenus des années précédentes, et tirer profit de l’amélioration des comptes de la compagnie.

Pour Jean-Marc Janaillac, PDG du groupe Air France KLM et directeur de la compagnie nationale française, cette hausse de salaire est impossible. Il annonce que le groupe est allé au maximum de ce qu’il pouvait faire. Cette augmentation viendrait compromettre les chances pour Air France de continuer à être la grande entreprise internationale qu’elle est.

En conséquence, l’intersyndicale représentant tous les corps de métier de la compagnie aérienne Air France, a indiqué une série de trois arrêts de travail de 48 heures, les 10, 11, 17, 18, 23 et 24 avril prochains. Ces journées de mobilisation viennent s’ajouter aux précédentes, enregistrées depuis début 2018.

Samedi 7 avril, la grève avait conduit la compagnie aérienne à annuler 30 % des vols. Le plus fort taux depuis le début du mouvement.

 

 

Maison actuelle : diffusion dédiée à l’art

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Dans son dernier numéro, Maison actuelle (diffusion en kiosque, sur Internet…)propose un large choix d’astuces et d’idées de décoration d’intérieur et d’extérieur haut de gamme. Il fait le point sur les dernières tendances en matière d’habitat.

« Aujourd’hui, la maison s’imagine économe, efficace, belle et respectueuse de l’environnement ». Pour respecter ces belles ambitions, Maison actuelle met tout en œuvre dans son dernier numéro. Le magazine propose à ses lecteurs les meilleurs conseils, afin de profiter au mieux de la douceur d’un intérieur bien dans notre époque.

Dans ce numéro, Maison actuelle consacre de nombreux dossiers dédiés au mobilier déco et à l’Eco-Design. Ses auteurs nous orientent vers de larges thématiques, toujours avec pour principal objectif, la satisfaction du lecteur. Dans sa catégorie « sélection », Maison actuelle met en lumière de nombreux événements, lieux et conseils, dont les lecteurs peuvent s’inspirer pour agencer leur habitat.

Maison Actuelle n’est pas le seul organe de presse à puiser son inspiration dans la tendance émergente qu’est la décoration. En effet, de nombreux magazines se sont mis au défi de proposer des contenus attractifs et novateurs.

Le très connu magazine « Elle » a, par exemple, développé « Elle Décoration ». Dans la même veine, la revue « Marie-Claire » a également lancé un site 100 % dédié à la décoration : « Marie-Claire Maison ». Sur ces deux sites vitrines, les lecteurs peuvent découvrir toutes les nouvelles tendances. Coloris en vogue, déco cuisine, astuces et bons plans : rien n’est laissé au hasard.

Maison actuelle n’a rien à envier à ses concurrents. Grâce à ses contenus pointus et variés, chaque lecteur peut trouver son bonheur, et faire de la revue sa source d’inspiration.

Articles les + lus